L’artisanat un vecteur de valorisation du savoir faire traditionnel

L’artisanat sur le continent africain ramène à une longue tradition du beau, du fait main et de la symbolique.
En effet, le traditionnel marché africain est un espace vivant ou l’on retrouve des produits de tout genre. La pharmacopée avec les plantes des herboristes, les huiles et savons traditionnels est présente. On peut également trouver les produits et matières traditionnelles telles que les kinté, kita, indigo. Enfin, l’orfèvrerie avec les bijoux et accessoires en bronze ou étain ou encore les paniers tissés en feuille de bananiers. 
A travers l’Artisanat l’ont découvre le savoir-faire traditionnel qui met à jour la beauté des us et coutumes du continent. La Fondation ORIGINΛL à travers son blog, ORIGINΛL- Arts et Culture vous donnera donc un aperçu du vivier de talents de l’Afrique.

 

L’artisanat au coeur du développement économique du continent 

Un savoir faire à conserver

Les artisans du continent africain regorgent de créativité. En effet, on y distingue deux types d’artisanat. D’une part l’artisanat de tous les jours. C’est l’expression du génie populaire qui se manifeste à travers diverses activités à vocation utilitaire et/ou vivrière. On citera ainsi la préparation de l’attiéké, du beurre de karité, du savon, le fumage du poisson ou la distillation de boissons locales typiques. Dans cette catégorie, on peut également regrouper divers corps de métiers appris de père en fils ou en autodidacte, avec un sens de la débrouille. L’ habileté naturelle est d’ailleurs le point commun de la plupart des artisans : menuisiers, couturiers, tailleurs, cordonniers, tôliers, mécaniciens… La liste est longue. D’autre part, on découvre l’artisanat traditionnel. C’est cependant au niveau de ce dernier que la richesse du continent s’exprime avec le plus d’éclat. En effet, cela est dû à une raison inhérente à l’histoire du continent. Les sociétés d’Afrique noire fondant leur culture sur la tradition orale, ce sont les mythes et les expressions matérielles de cette culture qui deviennent donc les principaux dépositaires de l’identité des peuples les façonnant. Ainsi ce que l’Occident qualifie d’art africain correspond en fait à des objets utilitaires ou cultuels. Leur la beauté ne s’exprimera jamais mieux que par l’accord fondamental entre la pensée religieuse ayant présidée à leur élaboration, et l’objet chargé de l’exprimer. C’est pourquoi, en Afrique, la forme ne prime pas sur la fonction. Mieux, la beauté est perçue tout au plus comme un moyen, non comme une finalité.

Des initiatives privées

Aujourd’hui, chaque pays du continent africain peut proposer des objets d’artisanat reflétant son histoire. Certains pays donc sont mieux organisés que d’autres dans la valorisation de leurs produits. Cependant, les pays d’Afrique francophone restent plus en retard. En effet, l’on peut voir en Afrique anglophone des structures valorisant le commerce équitable non assistant. Ce concept est basé sur l’autonomie des artisans bénéficiant du  commerce équitable . Cela leur permet ainsi aux bénéficiaires d’éviter de tomber dans l’assistanat pur et simple. L’on peut citer Ocean Sole, Kazuri ou Imani Collective. On voit aussi naitre de nombreux concepts store de valorisation des produits d’artisanat comme The Shop Accra by Stesa, Nota Bene, N’zassa Espace Créateur ou Le Comptoir d’Akissi. Les artisans s’organisent également entre eux pour organiser des expositions vente en plus de participer aux grandes manifestations organisées par les États comme le SIAO ou encore le MIVA.

Le numérique pour changer la donne

Une nécessité de former les artisans 

Nous avons fait le constat selon lequel les formations artistiques ou de gestion des métiers culturels sont obsolètes. En effet, elles ne permettent pas de faire face aux réalités des temps modernes. Plutôt que d’imposer une manière de faire, nous prenons le parti pris de sensibiliser à la chose numérique. Notre objectif est donc d’inviter les artisans à embrasser ce changement pour une transformation structurelle du secteur en vue de sa survie. Le digital doit donc faire partie intégrante de la logique de promotion. C’est ainsi que la Fondation ORIGINΛL à travers son blog, ORIGINΛL- Arts et Culture, accompagne depuis 2016 différentes structures. A cet effet, elle organise des expositions ventes et de marchés artisanaux pour valoriser l’artisanat local.

Un récapitulatif des différents événements 

Nom de l’événement

Dates 

Durée (jour) 

Nombre d’exposants

Nombre de visiteurs 

Artisanat Africain Edition 2016

3 juillet 2016

1

52

620 dont 170 enfants

Marché de Noël Djinamory édition 2016

3 et 4 décembre

2

45

751 dont 170 enfants

Artisanat Africain Edition 2017

13 et 14 mai 2017

2

38

635 dont 122 enfants

Marché Artisanal et Bio

8 et 9 juillet 2017

2

25

353 dont 53 enfants

Seen Expo Afro Chic #1

14 octobre 2017

1

10

228

Marché nocturne de Noël Djinamory édition 2017

Du 7 au 10 décembre 2017

4

37

1152 dont 239 enfants

Seen Expo Afro Chic #2

7 février 2018

1

12

215

Black Market

7 et 8 juillet 2018

2

28

533 dont 78 enfants

Côte d’Ivoire Craft Overviews – Kigali Tour

21 juillet 2018

1

1

116 dont 35 enfants

L’Art au Féminin

8 et 9 septembre 2018

1

1

352

Seen Expo Afro Chic #3

6 octobre 2018

1

12

131

Nous avons acquis à ce jour une expertise dans l’organisation d’expositions vente qualitatives. D’ailleurs, leur objectif principal est de valoriser les artisans en leur donnant l’opportunité de se faire découvrir sur le terrain. A cet effet,  70% des exposants sélectionnés sont des nouveaux arrivants sur le marché. Si vous souhaitez bénéficier de notre expertise contactez nous à : contact@originalfound.com

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de nos visites sur le continent.

%d blogueurs aiment cette page :