Global(e) Résistance : l’art comme acte de résistance

Global(e) Résistance : l’art comme acte de résistance

L’exposition Global(e) Resistance au Centre Pompidou présente plus de soixante artistes d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique Latine. Ils nous plongent dans la résistance: résistance contre le racisme, résistance contre le sexisme, résistance contre le capitalisme, despotisme. Cette exposition engagée se déroule du 29 juillet 2020 au 4 janvier 2021 au Centre Pompidou.

Global(e) Résistance, l’examen des stratégies contemporaines de résistance

Des artistes engagés pour des causes engageantes

Le Centre Pompidou donne la parole à des artistes engagés des pays du Sud dans une grande exposition intitulée Global (e) Resistance. Cette magnifique exposition met en valeur les œuvres achetées par le musée au cours de la dernière décennie. Ainsi, l’exposition nous raconte des choix de vie qui ont conduit à la même volonté de lutter contre les injustices.

Dans la galerie d’art graphique du musée, la visite est rythmée par des tampons imprimés sur les murs. Ils proviennent d’œuvres de l’artiste camerounais Barthélémy Toguo. Le projet met en lumière les contestations politiques lors des décolonisations et l’effondrement des idéologies communistes après 1989. Il passe ensuite à la lutte contre les inégalités de genre et les questions de genre.

Des oeuvres manifestes ouvrent l’exposition

La statue de la Rédemption de Barthélémy Toguo, suivie d’œuvres de Guy Ben Ner et Khalil Rabah inspirées du conflit israélo-palestinien, Teresa Margolles faisant écho à la frontière mexicaine. L’artiste Yin Xiuzhen raconte les conflits armés et Nadia Kaabi-Linke les errances des migrants et des sans-abri. Au total, une soixantaine d’artistes sont exposés.

L’oeuvre Rédemption de Barthélemy Toguo donne le ton. Deux chaises de six mètres de haut se font face. Elles symbolise une rencontre entre des peuples. L’une est surmontée des effets de voyages et de bagages amoncelés. Sur l’autre, des tampons administratifs avec des slogans de résistance. Ces sont ces mêmes empreintes de tampons qui courent les murs du parcours d’exposition. Ainsi, cette oeuvre incarne une forme de résistance par l’art. C’est un appel au dialogue et à la compréhension de la dignité humaine.

Un plaidoyer à la résistance

Global(e) Resistance est plus qu’une simple exposition. Elle est un manifeste, un plaidoyer. L’exposition prend son sens car elle s’exprime pleinement à l’intérieur du Centre Pompidou. En effet, un salon et quatre vitrines documentaires sont installées à l’entrée du niveau 4. Ils sont ainsi un témoignage de l’engagement de certains « lieux » militants. Ils valorisent aussi les actions menées par des artistes au delà de leur pratique artistique.

Par ailleurs, cette exposition prend toute sa force dans la diversité des médiums artistiques. Le visiteur appréciera tant les installations que les créations plastiques. Des peintures, des tableaux, des photographies, des dessins, des sculptures, des vidéos, des sons… C’est un plaidoyer poignant qui ne vous laissera pas insensible.

En plus de l’exposition, le billet vous donne accès à d’autres oeuvres. On citera Christo et Jeanne Claude (jusqu’au 19 octobre 2020), Prix Marcel Duchamp 2020 (7 octobre 2020 au 4 janvier 2021), Martin Barré (14 octobre 2020 au 4 janvier 2021) et Matisse (21 octobre 2020 au 22 février 2021).

Isabelle

Isabelle

CEO's Executive Assistant at IPA for Côte d'Ivoire - African Art & Culture Blogger at Originvl - Photography & Tourism Blogger at My Beautiful Côte d'Ivoire and Generalist blogger at My Overviews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :