#Emoidujazz2019 : Retour sur l’événement

La 9ème édition du Festival de l’Emoi du Jazz s’est déroulé du 30 avril au 5 mai 2019. Outre la cérémonie d’ouverture, le festival a été rythmé par cinq (5) moments forts. Découvrons.

Un prix féminin décerné à une actrice de la culture

Lors de la cérémonie de lancement du festival, Mme Gadeau a introduit le prix féminin que la Fondation DEZ GAD décernera chaque année. Il célébrera une actrice de la culture qui œuvre publiquement ou dans l’ombre. La lauréate de cette année est Were Were Liking. Elle a particulièrement touché pour son action culturelle et surtout pour son impact sur la jeunesse avec notamment le Village Kiyi.

Black Band remporte le Concours Jazz – Zouglou

Les différents groupes en compétition se sont affrontés durant la première partie de la soirée en interprétant le morceau « Boglo Koffi » de Didier Bilé en version Jazz. S’en est suivi la prestation de Didier Bilé lui même. A l’issue de la prestation de l’artiste, les vainqueurs du Concours Jazz – Zouglou ont été proclamés. Ils s’agit de Black Band qui a reçu la somme de 1 000 000 f CFA de la part de l’UNESCO et un trophée.

Du live painting durant la soirée

Durant le Festival, il a été donné la possibilité à Mando Art d’animer un Live Painting. L’occasion d’initier les petits et les grands à la peinture tout en se laissant bercer par les sonorités. Mando Art est un collectif qui accompagne des artistes à valoriser leur art à travers des expositions et des activités. On peut compter notamment celle de Live Painting pour créer un lien entre le public et les artistes.

SANTE Hiol en transe à l’Université de Cocody

À l’entendre, on aurait du mal à croire qu’il s’agit de sa première prestation face au grand public. Sante Hiol est une artiste ivoirienne qui s’illustre à la perfection dans le jazz.
Après des mix de DJ Suspect et DJ Re Doo, elle prend la scène d’assaut.
Pleine de charisme, elle saisit le micro, puis prend possession de l’espace.
Comme elle le disait dans une de ses chansons :  » J’ai autorité. »
Petit moment de douceur, reflet d’une voix grave maîtrisée à la perfection, Sante Hiol transcendée nous fait atteindre le 7e ciel par le gospel.

Meiway met le feu pour la clôture

Créateur du Zoblazo, Meiway est l’un des meilleurs artistes de sa génération. Il a su associer les rythmes traditionnels ivoiriens tout en les modernisant. Il réunit d’ailleurs toutes les générations avec son traditionnel Zoblazo et sa panoplie de musiques d’ambiance que l’on a coutume d’entendre à toutes les célébrations joyeuses de côte d’Ivoire. Du 100% Zoblazo au 300 % Zoblazo en passant par Nanan, Godeba, Vis à vis, Ma folie, Les génies vous parlent, Monogaga, Ayibebou, Appolo, Babayere, le 13ème apôtres, Miss Lolo, Rouler Moutou et plus récemment Bipoya ou encore Edja. Meiway est un monument de la musique ivoirienne et comme vous pouvez le prédire, la scène était en feu. Les mouchoirs en l’air, les festivaliers se sont laissés « ambiancer » par Meiway. C’est sur cette note du terroir que le Festival de l’Emoi du Jazz s’est clôturé !

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.