A Abidjan, Sadikou Oukpedjo présente « Silentium »

« Silentium » est la deuxième exposition personnelle de l’artiste togolais Sadikou Oukpedjo. Elle se déroule à la Galerie Cécile Fakhoury du 9 mars au 11 mai 2019. Découvrons l’univers de l’artiste.

« Silentium » de Sadikou Oukpedjo

Des personnages hybrides pour révéler notre identité

De « Anima » à « Silentium », il n’y a qu’un pas. La question de l’identité est au coeur de l’oeuvre de Sadikou Oukpedjo. En effet, en 2016, lorsqu’il présentait « Anima », il mettait en valeur le corps humain. Il nous interrogeait dans sa première exposition solo sur la dualité tant physique que spirituelle de l’homme. A travers « Anima », Sadikou Oukpedjo voulait nous rappeler la nécessité d’intégrer le fait que nous sommes le résultat d’une mutation profonde. Ainsi, en matérialisant des personnages hybrides, il mettait en avant les caractères mi-humain, mi-animal de chacun d’entre nous.

Avec « Silentium », Sadikou Oukpedjo exploite à nouveau l’animal pour mettre en exergue les contradictions du genre humain. En effet, il nous rappelle que ce qui différencie l’homme de l’espèce animale est la parole. Cependant, il nous fait constater que sans le silence, la parole n’a plus de pouvoir. Elle devient impuissante. Ainsi, il s’oppose au silence par la peinture. Les oeuvres qui composent l’exposition dénoncent l’absence de parole et traduisent la problématique du mutisme intérieur. Sadikou Oukpedjo souhaite que chaque individu lève les voiles sur ses contradictions les plus intimes. L’objectif étant de se libérer soi-même de ses carcans pour pouvoir les exprimer et être une meilleure version de soi.

Mutation – Mythologie -« Ilemthologie »

L’exposition « Silentium » est composée de trois séries d’oeuvres organisées autour d’une trilogie : mutation – mythologie -« ilemthologie ». Sadikou Oukpedjo nous propose une nouvelle voie, là où nous avons échoué. En effet, si l’on se base sur le fait que les mythologies modernes sont fondées sur le don divin de la parole, on comprend que ces dernières doivent lui permettre de sortir de sa condition animale. Il opère ainsi une mutation. Cependant, l’évolution moderne du monde nous révèle que l’être humain conserve, à tord ou à raison, une part animale. C’est là que l’artiste intervient en proposant une nouvelle voie : ilemthologie. Il s’agit de la capacité de l’homme à s’approprier son histoire authentique. Pour se faire, l’homme doit s’approprier son imaginaire pour la construction d’un nouveau monde.

« Silentium » est donc une invitation à puiser l’essence de notre renaissance dans la profondeur de nos silences.

L’exposition est accessible jusqu’au 11 mai 2019 à la Galerie Cécile Fakhoury.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.