Yopougon accueille l’édition abidjanaise de La Nuit des idées 2019 avec le thème « Femmes de Pouvoir face aux préjugés de la société »

Après le succès de la première édition abidjanaise de La Nuit des idées, le 25 janvier 2018, le quartier populaire de Yopougon reçoit la deuxième édition. Rendez-vous ce jeudi 31 janvier 2018 dès 18h00 à l’Allocodrome de Niangon Sud à Yopougon pour échanger sous le thème « Femmes de Pouvoir face aux préjugés de la société ».

La Nuit des idées 2019

« Face au présent », thème général de La Nuit des idées 2019

La Nuit des idées a pour objectif de célébrer la circulation des idées entre les pays et les cultures, les disciplines et les générations. Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ICI.

Le Thème général de La Nuit des idées 2019 est « Face au présent ». Ainsi ce 31 janvier 2019, simultanément en France et dans le monde entier, des initiatives culturelles se tiendront dans des centres culturels, universités, bibliothèques, musées, centre d’arts, cinéma, lieux associatifs, universités…

Ainsi, la Nuit des idées est conçue comme un instrument au service de l’action culturelle internationale de la France. son but est donc de permettre au réseau culturel à l’étranger d’inciter de nouveaux publics à découvrir de multiples et nouvelles formes de prises de paroles par le débat d’idées. C’est pourquoi, les parties prenantes ont la possibilité d’identifier un sous thème de la thématique générale pour en ressortir un sujet capable de mettre en exergue les enjeux locaux et ainsi susciter une démarche participative et collaborative.

La Nuit des Idées à Abidjan

« Femmes de Pouvoir face aux préjugés de la société »

La Côte d’Ivoire a participé pour la première fois à La Nuit des idées, le 25 janvier 2018 sous le thème  » L’expression artistique à l’ère numérique ». L’objectif était de mettre en exergue le rôle que pourrait jouer le numérique dans le développement sans précédent du continent Africain à travers des initiatives locales.

Pour l’édition 2019, l’accent sera mis sur le potentiel des ressources humaines, notamment les femmes. Elles sont artistes, entrepreneures et leaders d’opinion mais ne sont pas suffisamment mises en lumière. C’est pourquoi le thème qui sera abordé ce jeudi 31 janvier 2019 à 18h, à Abidjan, s’intitule : « Femmes de Pouvoir face aux préjugés de la société ».

Au programme de cette soirée, des échanges, une performance artistique, un atelier mécanique, la présentation de YOP CREALAB,  le lancement d’un concours de film fait avec Smartphone et un concert. La Nuit des idées sera donc une plateforme de visibilité et d’expression pour toutes ces femmes leaders au sein de leur société.

Il faut noter que la Nuit des Idées est une initiative de l’Institut Français qui est coordonnée à Abidjan par Jacobleu, artiste plasticien et coordonnateur d’événements à caractère artistique et culturel.

Qui sont ces femmes de pouvoir?

Les Gos Mécaniques

Nous aurons l’occasion de découvrir le parcours de 3 filles mécaniciennes que sont Esther, Jeanine et Ange. Elles ont toutes intégré l’incubateur de strartups à vocation sociale présidé par Hermann Christian Kouassi et ainsi bénéficié d’une formation en gestion d’entreprise pour la construction de leur garage. Le film documentaire « Go Mécanique / Au hasard des pannes » réalisé par Nadège Batou fait un retour sur leur parcours. Ainsi, le teaser du film en préparation et des capsules sur chacune des Gos Mécaniques seront diffusés durant la soirée suivi d’une démonstration de mécanique.

Bella Mondo, premier groupe féminin de Côte d’Ivoire

Le groupe Bella Mondo est le premier groupe féminin de Côte d’Ivoire. Il est composé de 9 membres dont 3 guitaristes, 2 pianistes, 1 batteur et 3 chanteuses qui naviguent entre le zouglou, l’afro-zouk, le reggae, le compas haïtien ou le coupé décalé. Managé par Tahi Serge Dominique, le groupe a été fondé en juillet 2007 sous l’impulsion du Canadien d’origine congolaise Chaly Maïwan à la suite de sa rencontre avec Nadine Lebry, coiffeuse de formation et chanteuse de cabaret. Par la suite il a s’agit de convaincre et réunir différentes femmes qui savaient jouer des instruments de musique et qui habitaient différents quartiers de la capitale ivoirienne. Les jeunes femmes se produiront dans le cadre de la nuit des idées.

De jeunes artistes plasticiennes mise en lumière

Durant cette soirée, un moment sera donné aux arts plastiques en vue de valoriser 4 jeunes femmes qui œuvrent dans cette discipline très masculine en Côte d’Ivoire. KREFADY, OZOUA, LADE et SAIOUA tiendront leur pinceau en éveil et feront une performance par la réalisation de fresques durant la Nuit des idées.

Blé Gbahi Rachelle Flaure dit SAIOUA qui est autodidacte et qui peint avec ce qu’elle trouve : pigments naturels, écorce de vois, charbon, jus de café, décoction de feuilles… Coiffeuse esthéticienne, elle vit pratiquement aujourd’hui de sa passion en participant à des expositions, ateliers et rencontres professionnelles.

LADE Synthia Ladé dit LADE vit à Grand-Bassam, ville historique et artistique de la Côte d’Ivoire. Dans la tradition Akan, l’accès au patrimoine sacré est souvent une affaire d’homme, d’initié. Mais LADE, en tant qu’artiste a décidé de s’inspirer des « tambours parleurs ». C’est un grand symbole de communication utilisé pour des rassemblements importants, le deuil ou la réjouissance. LADE a exposé en 2011 et en 2012 au jardin botanique de Bingerville. En 2013 elle a participé à la XVIIème et XVIIIème édition du festival Arkadi à Abidjan.

OZOUA fait partie des rares filles qui ont pu, avec courage et abnégation, intégrer le Conservatoire Régional des Arts et Métiers d’Abengourou (CRAMA) et l’École Nationale des Beaux-Arts d’Abidjan. Par la suite, elle a pu se perfectionner auprès de certains noms de la peinture ivoirienne dont Augustin Kassi, Justin Oussou et l’atelier de l’artiste Bouna au Sénégal. Artiste plasticienne ivoirienne, OZOUA se sent bien dans un style proche de ceux des surréalistes et des réalistes-figuratifs.

De ses vrais noms Atsain Marie-Ange Patricia, KREFADY a entendu très tôt
l’appel de l’Art, comme ce sacerdoce auquel se consacrent les « élus de
Dieu ». Malgré les préjugés, les propos déstabilisateurs de moral, KREFADY a tenu. Elle est partie à l’École ou du moins dans les Écoles de l’Art : Centre
Technique des Arts Appliqués de Bingerville (CTAA), l’École Nationale des
Beaux-Arts d’Abidjan et le Centre de Formation Pédagogique pour les Arts et la Culture. Un parfait parcours. Aujourd’hui, elle s’engage à apporter sa contribution à la formation de plus jeunes dans des Lycées et Collèges. Maitrisant aussi bien la mosaïque que la peinture, elle participe régulièrement à des expositions et rencontres professionnelles à Dakar (Sénégal), à Ouagadougou (Burkina Faso), à Bingerville et à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Maintenant que vous savez tout, nous vous donnons rendez-vous ce jeudi 31 janvier 2019 dès 18h à l’Allocodrome de Niangon Sud à Yopougon.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.