La LSGG présente N’Guessan Essoh et Yagor en exposition du 5 octobre au 17 novembre 2018

Du 5 octobre au 17 novembre 2018, la LouiSimone Guirandou Gallery (LSGG) accueille l’exposition collective de N’Guessan Essoh et Yagor. Découvrons les artistes.
 

N’Guessan Essoh et Yagor à la LSGG 

Le maître et l’élève 

Le lien entre les deux artistes résident dans la transmission des savoirs. En effet, N’Guessan Essoh est le professeur de Yagor. Loin de le modeler à son image, il a développé et cultivé son goût pour la création. Ainsi Yagor a défini son propre style, sa propre écriture en gardant en commun avec son maître une passion pour les couleurs. 

Cette exposition est donc celle de deux artistes qui se connaissent bien et qui nourrissent une relation particulière. Celle du maître et de l’élève. Si l’on s’en tient à la présentation de Mme Guirandou de la LSGG, ils  » soumettent à notre réflexion, les aspects socioéconomiques de notre société. Tous deux sont dans une démarche éthique, celle qui fait prendre conscience à chaque individu des valeurs cardinales qui le caractérisent et guident son regard sur « le monde tel qu’il va ». » 

N’Guessan Essoh 

Né le 10 mars 1959 à Dabou (Côte d’Ivoire), Nguessan Essoh vit et travaille à Abidjan. Membre du mouvement « Vohou-Vohou » et du concept spirituel « Daro Daro », il évolue de façon indépendante et développe sa création contemporaine par le collage et l’utilisation de pigments naturels. Il est l’élève de Gérard Santoni, le Maître d’art mural de l’école des Beaux Arts d’Abidjan. Il obtient son diplôme en 1994. Son art est un mélange de peinture et de tapisserie. En effet, il aime peindre sur le tapa, la toile traditionnelle. Ses travaux sont un mélange subtile de couleurs et de reliefs qui donnent une autre dimension à l’oeuvre.  

Yagor 

De son vrai nom, Romaric Igor Yao, Yagor est né le 13 avril 1981 à Grand Bassam (Côte d’Ivoire). Il est diplômé de l’Institut Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle de Côte d’Ivoire (INSAAC) en 2008. Son travail se trouve au croisement entre l’art abstrait, l’art symbolique, l’art brut et le réalisme. En effet, il met en lumière ceux qui restent de la pénombre C’est ainsi qu’il met en scène des « enfants chasseurs de poubelles » soit ces enfants qui trouvent leur salut dans la décharge d’Abidjan.
 
 
Cette exposition est la rencontre entre deux artistes différents mais complémentaires. Elle nous permettra de porter un regard différent sur le monde dans lequel nous évoluons. Et peut-être, nous invitera à nous interroger sur son état. Rendez-vous pris du 5 octobre au 17 novembre 2018 à la LSGG. 
 

A lire en français

A lire en anglais