Cotonou : Les Amazones du Dahomey envahissent la Place des Martyrs

Du 1er au 12 août 2018, « Les Amazones du Dahomey » se tiennent debout, fièrement, sur la Place des Martyrs. Cette exposition réalisée par Michèle Wêni est un vibrant hommage aux Amazones. Ces femmes guerrières qui ont fait la fierté du Royaume du Dahomey. 

Les Amazones du Dahomey 

Un peu d’histoire

Le 26 octobre 1892 est une date qui restera à jamais gravée dans la mémoire du Général Alfred Dodds. Arrivé à près de 50 km d’Abomey, les soldats français se sont retrouvés confrontés à « un phénomène étrange et auquel ils n’ont encore jamais assisté ». Et pour cause, il s’agissait d’une armée immense qui bloquait leur passage. La particularité de cette armée. Elle était composée uniquement de femmes : les Minon. 

Une longue période d’affrontement s’en suivra. Il faut noter que l’armé du Roi Béhanzin était constituée de différentes compagnies, d’une garde rapprochée, de fusiliers et d’un bataillon de 200 à 400 Amazones. Ces femmes  guerrières sanguinaires étaient les plus nombreuses. Elles ne se mariaient pas. Elle se coupaient un sein pour être confortable dans le port de leurs armes et les tirs. Et surtout, elles étaient dévouées et prêtes à mourir pour leur Roi. C’est ainsi que le Général Doods fit face à une violente résistance. C’est seulement, le 17 novembre 1892, qu’il entre à Abomey, capitale du Royaume de Dahomey. Par la suite, le 3 décembre 1892, il proclama la déchéance du Roi Béhanzin et plaça le Royaume sous le « protectorat exclusif de la France ». 

La suite de l’histoire, est celle de la colonisation qui s’acheva avec l’indépendance en 1960 en passant par la période de l’esclavage. De ce fait, le pays recouvra son nom de République du Dahomey qui devint République du Bénin en 1975. 

A lire : 10 choses à découvrir sur le Bénin 

A propos de l’exposition 

Parrainée par la Fondation Claudine Talon et le Ministère de la Culture, l’exposition « Les Amazones du Dahomey » se déroule du 1er au 12 août 2018. Installée sur la Place des Martyrs, cette exposition est un hommage aux Amazones et plus largement aux Femmes. Ainsi, elle rassemble les Béninois autour de figures emblématiques de leur histoire.

 

Ce que l’homme peut faire, la femme aussi peut le faire – Le Roi Guezo 

Ces Amazones, sont un symbole fort de la force du Royaume du Dahomey. En effet, elles sont une matérialisation de la capacité du peuple à résister face à l’oppresseur. Et elles nous rappellent le rôle de la Femme au sein des sociétés traditionnelles africaines. L’exposition est donc une façon de magnifier le passé glorieux de la culture Dahoméenne, à travers ces femmes guerrières. 

L’artiste et styliste Wêni met ainsi en lumière ces femmes. Et ceci sans jeux de mots, puisque les différentes Amazones sont installées dans des baies vitrées. Nous pouvons avoir une vue à 360 degré sur elles. Les projecteurs se jettent sur elles. Valorisant leur stature imposante, leur courbe, leur artefact et armes de guerre. Elles sont magnifiées. Les présenter sur la Place des Martyrs est porteur de sens, dans la mesure où elles se sont sacrifiées pour le Royaume. 

On imagine que cette exposition, nous invite à revoir la notion de femme et de combat. Si l’on fait l’analogie avec le fait qu’elle se ôtait le sein, l’on peut directement penser au Cancer du sein. Par conséquent, c’est aussi un hommage à ces femmes fortes et guerrières qui luttent contre le cancer du sein. Elles font preuve, comme les Amazones, de détermination et de courage. 

Wêni, styliste modéliste et artiste 

Crédit photo : Compte Facebook officiel de Michèle Wêni O

Ancienne élève de Esmod (École supérieure des arts et techniques de la mode) de Paris (de 1998 à 2001),  Michèle Ologoudou dite « Wêni » a travaillé auprès de plusieurs maisons de prêt-à-porter de la capitale de la Mode, Paris. Suzanne Ermann, Naf Naf-Chevignon, Etam ou encore Sonia Rykiel sont des noms qui figurent sur son CV. Elle crée en 2018 sa marque « Wêni », parallèlement à ses activités professionnelles. Elle s’amuse avec le tissu, le pagne et la soie pour créer des modèles originaux et structurés. En 2012, elle crée à Cotonou le Festival Mode Is Art (MIA) pour combiner sa passion pour la Mode, l’Art et l’Afrique. Cet événement devient rapidement un rendez-vous annuel des professionnels du milieu et des médias. 

 

Wêni est une Amazone du Dahomey. A sa manière elle valorise son pays, sa culture et ses traditions. Et elle va au delà, puisqu’elle offre la possibilité à toutes les femmes Béninoises de se reconnaitre en tant qu’Amazone. Cette exposition est une invitation à repenser le rôle des femmes dans la société moderne. En tant qu’acteur de l’exposition par rapport à ces femmes, nous développons une relation avec elles selon la position, plus ou moins proche, que nous décidons d’adopter vis-à-vis d’elles. On ajoutera, que cette performance artistique met en lumière, les différents combats que les femmes peuvent mener au quotidien. En définitive, le monde est empli d’Amazones. A nous, de les découvrir et de les magnifier.