Migrations#1 de Jacob Bleu, une exposition qui raconte le périple des migrants

Les flux migratoires racontés lors de l’exposition d’art visuel et sonore de Jacob Bleu. Intitulée Migrations#1, cette exposition se déroule jusqu’au 31 mai 2018 à l’Institut Français de Côte d’Ivoire (IFCI). Découvrons les grandes lignes. 

Migrations#1 de Jacob Bleu à l’IFCI jusqu’au 31 mai 2018

Migrations#1 

L’exposition Migrations#1 est une exposition inédite mêlant art visuel et sonore. Elle est composée  de 30 tableaux de peinture, de 300 cd et catalogues inédits en série limité et d’une installation de « paysage sonore » réalisée en collaboration avec Paradise Now, un artiste du label Transonic / Transcultures de Belgique

Migrations#1, le périple des migrants raconté 

L’exposition répond indirectement à la recherche de l’Eldorado. L’Eldorado rêvé par de jeunes africains en quête d’un idéal de vie. Le blanc domine le travail de Jacob Bleu, il symbolise l’inconnu, la quête de paix et de tranquillité mais aussi une façon de symboliser le silence. Le silence par lequel chaque migrant est confronté dans cette quête de l’Eldorado. 

Sur chaque tableau, l’on peut voir apparaitre des bandes représentant nos pagnes et symboles. Ils sont une matérialisation de notre base culturel et traduisent l’idée de s’appuyer sur ce qu’il y a de bon dans nos cultures en vue de s’y accrocher pour trouver les vraies réponses à cette quête d’Eldorado. 

Migrations#1 de Jacob Bleu à l’IFCI jusqu’au 31 mai 2018

On voit ainsi des silhouettes noires sans visages qui ne sont que la représentation de tous ces africains qui mettent leur vie en péril pour atteindre l’Europe. Ces silhouettes sont représentées tantôt sur les routes, tantôt sur les océans, toujours désertiques. Livrés à eux même, on comprend les difficultés, la souffrance et la douleur qu’ils endurent dans ces toiles où le rouge vif vient matérialiser le danger. Certaines toiles sont sombres et annoncent l’orage violent qui s’abat sur les navires de fortune comme pour exprimer la colère de Dieu… 

On aperçoit aussi des hélicoptères et des avions qui nous situent dans le monde moderne. Ces hélicoptères et avions de l’espoir ou du désespoir selon les circonstances nous rappellent la rencontre entre l’Afrique et l’Europe. Une rencontre douloureuse et violente. 

Les photographies numériques nous invitent à découvrir le caractère dégradé des images en métaphore avec la rouille et le bois pourri des navires de fortune. 

Migrations#1 de Jacob Bleu à l’IFCI jusqu’au 31 mai 2018

Un peu plus loin, une installation sonore et visuel, est une invitation à prendre conscience de la violence de ces migrations à travers des vidéos qui ont des allures de reportage documentaire. Une mise en scène calculée avec un plastique bleu symbolisant l’océan, un sofa rouge qui matérialise le danger, la difficulté, le sang et la souffrance; et sur cet océan plastique, des fleurs en mémoire de ceux qui sont tombés et que nous ne devons pas oubliés. Les vidéos diffusées sur l’écran, nous plongent dans l’enfer de la migration, une façon d’humaniser la thématique. 

Migrations#1 de Jacob Bleu à l’IFCI jusqu’au 31 mai 2018

 

Migrations#1, l’exploitation de différents médiums pour donner vie à la thématique

Jacob Bleu pour nous inviter à embrasser la thématique de la Migration nous a fait voyager à travers différents médiums. Nous passons aisément de la peinture, dessins à la photographie pour se retrouver dans une installation sonore et visuel. 

Nous nous retrouvons donc en train de réaliser le périple des migrants. Autant de toiles pour autant d’histoires à la fois uniques et collectives mais toutes liées à des maux et espoirs. Une façon d’aborder le sujet dans sa globalité et surtout de prendre conscience des maux engendrés par la migration à travers nos sens, à savoir, la vue, l’ouïe et le toucher.

Migrations#1, au delà d’être une exposition, se veut être une expérience artistique qui nous fera prendre conscience dans notre esprit et dans notre chair de la gravité de ce fléau.  

Migrations#1 de Jacob Bleu à l’IFCI jusqu’au 31 mai 2018

Rendez-vous à l’IFCI jusqu’au 31 mai 2018 en vue de découvrir l’exposition Migrations#1 de Jacob Bleu

 

A lire : 

EnregistrerEnregistrer

Publicités