« Jean Michel Basquiat, la rage créative  » film documentaire sur le pionnier de la mouvance underground

Du 24 février au 26 mars 2018, la chaine Arte nous permet de découvrir le film documentaire « Jean Michel Basquiat, la rage créative » de David Shulman. Un film documentaire mettant la lumière sur celui qui est très tôt devenu un peintre avant-gardiste populaire et pionnier de la mouvance underground. Découvrez le synopsis et le lien pour visionner ce documentaire inédit.

 

Untitled est un tableau de Basquiat qui s’est vendu chez Sotheby’s pour 110,5M$. Un record absolu pour un artiste américain © AFP / CORTESÍA / NOTIMEX

Jean Michel Basquiat, la rage créative

Synopsis

L’œuvre du peintre Jean-Michel Basquiat, mort d’une overdose en 1988 à seulement 27 ans, bat aujourd’hui des records dans les salles de vente. Retour sur le parcours atypique d’un gosse de Brooklyn devenu superstar.

Étoile filante de la scène artistique new-yorkaise, Jean-Michel Basquiat, mort d’une overdose en 1988 à seulement 27 ans, est considéré comme l’un des artistes américains les plus influents et les plus prolixes de la fin du XXe siècle. Il a, notamment, fait entrer le graff et la culture de la rue dans les musées. Parmi les milliers de toiles et de dessins qu’il a réalisés, certains se vendent aujourd’hui, trente ans après sa disparition, pour des dizaines de millions de dollars. Attiré par la culture underground post-punk de Basquiat, Andy Warhol a offert au jeune artiste un accès privilégié à la célébrité. Ce documentaire explore son amitié ambivalente avec son mentor, et tente de percer les mystères qui entourent encore son personnage. Basquiat était-il un génie torturé et autodestructeur, à l’instar d’un Van Gogh, ou fut-il entraîné malgré lui dans la spirale mortifère de la gloire et de ses excès ?

 

Drawing with text & image – acrylic, charcoal, crayon, pastel, pencil de Basquiat

Qui est Jean Michel Basquiat ?

Né à New York (États-Unis) le 22/12/1960 ; Mort à New York (États-Unis) le 12/08/1988

Jean-Michel Basquiat est un peintre américain, pionnier de la mouvance « underground » issue du courant expressionniste des années 1980. Sur les pas de Dali et Picasso,  il fonde un genre nouveau, alliant écritures et collages. Graffeur puis peintre sur panneaux, il collabore avec succès avec le maître du pop art Andy Warhol, avant de disparaître subitement à l’âge de 27 ans, le 12 août 1988, à New York.

Jean-Michel Basquiat naît à New York, le 22 décembre 1960, d’une mère d’origine portoricaine et d’un père d’origine haïtienne. Ses premières années influent considérablement sur sa sensibilité à fleur de peau, imaginative et féconde. Enfant précoce, il lit couramment à 5 ans, et se passionne pour l’anatomie à 7 ans à la suite d’un accident de la route. Après la séparation de ses parents en 1969, il est amené à déménager régulièrement, finit par quitter la maison paternelle à 16 ans, fonde un groupe musical, et commence à graffer à proximité des galeries de Manhattan sous le pseudo de SAMO (Same Old Shit), sous l’influence de son ami le graffeur Al Diaz.

Jean-Michel Basquiat a à peine 20 ans lorsque les galeries new-yorkaises commencent à s’arracher ses œuvres qui sont une merveilleuse association de matières, de sources et de formes différentes. Il devient un cas d’école, à 25 ans et fait la une du « New York Times Magazine ». Spontanée, énergique, naïve, son empreinte artistique embrase toute une génération d’artistes, jusqu’au maître de l’époque Andy Warhol, avec lequel il se lie d’amitié et collabore régulièrement à partir de 1984. Ensemble, ils produisent plusieurs œuvres cultes, comme « Monster beat » ou « Eggs ». Le décès de Warhol en 1987 choque profondément Basquiat, qui s’isole et décède quelques mois plus tard d’une overdose d’héroïne, en laissant derrière lui plus de 800 tableaux et 1 500 dessins.

En 2018, l’exposition « Basquiat. Boom for Real » à la Schirn-Kunsthalle de Francfort jusqu’au 27 mai puis sera présentée à la Fontation Louis Vuitton à Paris du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019.

Source : Jean-michel-basquiat.net

Le lien avec la Côte d’Ivoire ?

Pour ceux qui ne le savent pas, Jean-Michel Basquiat fut profondément marqué par sa première et unique rencontre avec l’Afrique. Elle a eu lieu en 1986 lors de la première exposition personnelle de Basquiat en Afrique qui s’est tenue du 10 octobre au 7 novembre 1986 au Centre Culturel Français d’Abidjan, actuel Institut Français de Côte d’Ivoire. Cette exposition, cette rencontre avec l’Afrique, cette découverte de la scène artistique ivoirienne particulièrement imprégnée par le mouvement vohou-vohou, ces échanges avec des artistes ivoiriens impactèrent particulièrement l’artiste. En effet, les œuvres qui s’en suivirent dégagèrent une énergie fulgurante renforcée par de nombreux symboles, figures primitives, formules scientifiques… dont certaines significations puisent incontestablement leur source de ce voyage. Une année africaine qui imprégna sa créativité durant les dernières années de sa vie. Il rencontra plus tard à Paris, Ouattara Watts, communément appelé dans les coulisses ivoiriennes « celui qui a côtoyé Basquiat » qu’il entraîna dans son sillage à New York peu de temps avant sa mort en 1988.

Cette année, un hommage sera rendu à Basquiat par la Fondation Louis Vuitton tandis que Abidjan accueillera les premières expositions individuelles sur le continent africain de deux des artistes ivoiriens les plus connus à l’international : Ouattara Watts et Ernest Dükü. Des contemporains de Basquiat qui ont fait perdurer son souffle à travers leurs écritures propres et personnelles.

 

  • Exposition « Basquiat. Boom for Real » à la Schirn-Kunsthalle jusqu’au 27 mai (Francfort, Allemagne)
  • Exposition « Basquiat. Boom for Real » à la Fontation Louis Vuitton du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019 (Paris, France)
  • Ouattara Watts en avril 2018 à la Galerie Cécile Fakhoury (Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Ernest Dükü du 9 mars au 12 mai 2018 à la LouiSimone Guirandou Gallery avec MasKArade @ ANANZE Explorer (Abidjan, Côte d’Ivoire)

En savoir plus, en français : 

En savoir plus, en anglais :

 

EnregistrerEnregistrer