#RIANA2018 – Une cérémonie d’ouverture qui positionne Abidjan comme capitale des arts numériques

Ce jeudi 8 février 2018 à 19h à l’Institut Français de Côte d’Ivoire a débuté la Cérémonie d’ouverture de la deuxième édition des Rencontres Internationales des Arts Numériques d’Abidjan #RIANA2018. Retour sur cet événement.

#RIANA2018 – Rencontres Internationales des Arts Numériques d’Abidjan – du 8 au 10 février 2018 à IFCI

Abidjan, Capitale des Arts Numériques

Durant 3 jours, Abidjan devient la Capitale des Arts Numériques dans un contexte où la ville d’Abidjan poursuit son action de développement des nouvelles technologies et Numérique à travers la création d’un écosystème numérique local dynamique facilitant la mise à jour d’une nouvelle génération d’entrepreneurs qui utilisent les TICS pour créer des entreprises à forte valeur ajoutée. L’usage des TIC dans les Arts et la culture sont donc porteur d’une espérance certaine.

Les Rencontres Internationales d’Arts Numériques d’Abidjan sont donc une opportunité pour mettre à jour les talents locaux et créer une passerelle entre les idées, les projets et les expressions artistiques d’ici et d’ailleurs.

Cérémonie d’ouverture

Etaient présents au titre des personnalités :

  • Le Directeur de l’Institut Français en Côte d’Ivoire
  • Le Commissaire du Festival – RIANA
  • Le Directeur de Transcultures (Wallonie-Bruxelles)
  • La représentante du Centre des Arts d’Enghien-les-Bains
  • Le représentant du Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste
  • Le représentant du Ministre de la Culture et de la Francophonie de Côte d’Ivoire
  • Le Conseiller de l’Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire
#RIANA2018 – Victoria Chavez représentante du Centre des Arts d’Enghien-les-Bains – Une cérémonie d’ouverture qui positionne Abidjan comme capitale des Arts Numériques

Etaient présents au titre des artistes :

  • Scenocosme représenté par Gregory Lassere qui crée des oeuvres interactive en exploitant l’écologie et la technologie numérique;
  • Jelly Sarah, performeuse en audiovisuelle;
  • Coulibaly Kodana qui exploite un code numérique exploitant le mouvement Brownien pour réaliser des masques africains;
  • Ouedraogo Adjaratou qui donne vie à ses oeuvres plastiques en exploitant les arts numériques;
  • Kamayakoi qui fait de la musique éléctro-numérique fusionnée à des sonorités traditionnelles africaines;
  • Claudin Ekenah connu sous le nom de « A DandyPunk » qui invite à embrasser le spirituel dans l’art à travers une performance alliant différents médiums

Etaient absents mais représentés au titre des artistes :

  • Grah Poll qui s’illustre dans la peinture numérisées et a déjà été présenté au public ivoirien lors de son exposition « Cent pour Cent Dadié », célébrant le centenaire de Bernard Dadié, patriarche et égérie de la littérature ivoirienne;
  • Cham qui allie la photographie, les arts plastiques et les arts numériques dans ses créations pour toujours repousser les limites du possible.

Ce qu’il faut retenir..

#RIANA2018 – Directeur de l’institut Français de Côte d’Ivoire – Une cérémonie d’ouverture qui positionne Abidjan comme capitale des Arts Numériques

Le Directeur de l’Institut Français de Côte d’Ivoire s’est réjouit de la tenue de la deuxième édition des Rencontres Internationales des Arts Numériques. Il nous a rappelé que s’est tenue en prélude de cette événement, la première édition de la « La nuit des idées » à Abidjan, le 25 janvier 2018. Le thème des échanges a été « L’expression artistique à l’ère numérique » et a été l’occasion de nous rappeler que le numérique est quelque chose de fondamental pour nous car il est réellement inscrit dans l’ère du temps. C’est pourquoi le Directeur a indiqué après sa mention de bienvenue que « Le numérique et l’Institut Français sont deux choses qui seront fortement liés dans les années à venir ». Il a marqué son ambition de « promouvoir le digital et le numérique » au sein de l’expression artistique.

#RIANA2018 – Jacobleu, promoteur des RIANA – Une cérémonie d’ouverture qui positionne Abidjan comme capitale des Arts Numériques

Le promoteur des RIANA, Jacobleu nous a rappelé l’origine du projet qui est né d’une visite dans le cadre des Jeux de la Francophonie au Centre des Arts d’Enghien-les-Bains représenté par Victoria Chavez. Il a réalisé a travers ses rencontres notamment avec Philippe Franck de Transcultures que le numérique doit faire partie des priorités des africains.  C’est ainsi que l’idée du projet est née. Elle a tout de suite eu le soutien de l’Institut Français de Côte d’Ivoire et au niveau national, de l’ANSUT, que Jacobleu a, à nouveau, remercié.

#RIANA2018 – Philippe Franck Directeur-Fondateur de Transcultures -les-Bains – Une cérémonie d’ouverture qui positionne Abidjan comme capitale des Arts Numériques

Philippe Franck, Historien de l’art, critique et concepteur culturel et Directeur / Fondateur de Transcultures, Centre des cultures numériques et sonores installé à Charleroi en Belgique, nous a invité, et particulièrement les artistes numériques, à saisir la chance que les RIANA nous offrent de faire ressortir la spécificité du marché africain et de positionner la Côte d’Ivoire comme le lieu de création, d’interconnexion, comme trait d’union entre les talents, les adeptes du numériques, les langages, les expressions et les concepts hybrides.

 

Enfin, le représentant du Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste nous a rappelé les efforts faits par la Côte d’Ivoire pour créer une nouvelle génération d’entrepreneurs numériques et à par conséquent remercier les initiateurs du projets, remercier l’Institut Français pour l’hospitalité à recevoir la manifestation et saluer l’initiative des RIANA qui est un projet entre dans l’écosystème local en permettant de renforcer le positionnement de la Côte d’Ivoire comme un lieu privilégié des rencontres numériques. Il a également remercié Jacobleu pour sa contribution à la valorisation du numérique et à la réduction de la fracture numérique. Enfin, il a indiqué que le Ministère prévoit de soutenir ces initiatiques considérant que « le numérique est une chance pour nos pays en voie d’émergence, il offre l’opportunité de s’exprimer, de s’instruire et se renouveler ».

A l’issue de la cérémonie d’ouverture, le vernissage des œuvres s’est tenu. Pour tout savoir sur le vernissage, cliquez ICI.

 

A lire :